- HISTOIRE EROTIQUE GAY -



A la piscine


Voilà 2 ans de cela, j'ai pris des cours de médaille de bronze au cégep
Ahuntsic pour devenir sauveteur dans les piscines. Mon entraîneur s'appelait
Bryan. Les cours était difficiles, surtout que c'était le vendredi de 20 à
23 heure, mais ils les rendait plus légers. Tout en lui évoquait le
fantasme. Il était grand, bâti en nageur, blond et yeux bleus. Son visage
souriait tout le temps, comme un rayon de lune ou une parcelle de soleil. Je
l'aimais bien, mais il avait 5 ans de plus que moi. Cinq ans ce n'est rien
quand on en a 20 et 25, mais entre 15 et 20 l'obstacle peut sembler
infranchissable. Malgré tout, je continuais à penser à lui la nuit en
caressant mon corps à peine pubère. Mes réflexions se terminaient toujours
par un orgasme dans ses bras et une timide éjaculation. C'est un soir de
février que mon fantasme est devenu réalité.

Ce soir là, le cours tirait à sa fin et je m'abîmais dans la contemplation
du corps de Bryan, de ses muscles jouant sous sa peau, de ses yeux de saphir
brillant. Il est bien agréable de rêver quand on a l'objet de nos fantasme
sous les yeux. Alors que le cours finissait, Bryan me demanda de rester pour
l'aider à ranger l'équipement avec lequel nous avions travaillé ce soir-là.
Il le demandait souvent aux autres gars lorsque l'entraînement avait
nécessité de l'équipement embarrassant. Ce vendredi-là, nous avions travaillé
à la simulation de chavirage de barque et de sauvetage de mannequin en
profondeur, donc j'ai trouvé normal qu'il demande quelqu'un. Nous avons donc
rangé les instruments et discuté un peu ensuite de n'importe quoi. Je ne me
lassais pas de l'écouter me raconter les choses les plus anodines. À ma plus
grande surprise, il aimait comme moi les histoires d'épouvantes et la
musique classique. Après une discussion enrichissante qui dura quelque 20
minutes, je lui dis que je devais quitter pour ne pas que mes parents
s'inquiètent. J'avais été à deux doigts de lui avouer mon orientation
sexuelle, mais j'ai flanché au dernier moment.

Je pris donc le chemin des douches pendant que Bryan terminait son
entraînement personnel par quelques longueurs de brasse. Je détendis mes
muscles un par un sous le jet d'eau chaude. Avec des frissons de délice, je
sentais l'eau d'insinuer sous mon maillot, dans lequel je glissai mes mains.
Je commençais à me caresser en pensant à Bryan, à ses yeux posés sur moi, à
ses fesses moulées dans son speedo noir. C'est à ce moment que je sentis des
mains me saisir par la taille et remonter vers mes pectoraux pour les
caresser langoureusement. Une bouche s'insinua dans mon cou pour m'embrasser
tendrement. Je me retournai pour me retrouver dans les bras de Bryan, son
érection collée sur mon ventre, sa bouche collée sur la mienne et ma queue
bandée enserrée dans mon slip de bain trop étroit. Il eut tôt fait de
remédier à ce problème en me le retirant. Au passage, il embrassa le bout de
ma verge pleine de sève qui pointait fièrement vers le ciel. La sensation de
ses lèvres douce sur mon gland envoya des ondes de chaleur intense jusque
dans le bout de mes doigts. Il se releva et il m'embrassa à pleine bouche,
nos langues se sont mélangées, entremêlées passionnément.

Il me serrait contre lui doucement, sans me faire peur, me communiquant sa
chaleur. Il ramassa le savon et s'en enduit les mains. Il se mit à me
caresser partout, enduisant mon corps de savon glissant. Ses mains
s'attardèrent sur mes abdominaux pour longer mes hanches jusqu'à mes fesses.
Je sentais ses mains fermes me pétrir les muscles et je ne voulais plus rien
d'autre, je ne pensais plus à rien d'autre qu'à lui et moi unis pour la vie.
Après m'avoir rincé, il s'agenouilla devant moi et sa bouche se posa sur mon
gland carmin de désir. Il commença à me sucer et des ondes électriques de
plaisir intense partaient de la base de ma queue pour se propager partout
sur mon corps. Sa langue satinée s'attardait sur la fente de mon gland, ses
mains caressaient langoureusement mes couilles qui pendaient bien bas,
relaxé par l'eau délicieusement chaude. Une douce volupté m'envahissait tout
entier, le plaisir montait dans ma verge jusqu'à des sommets que je n'avais
jamais soupçonné.

Sa main glissa mes la fente de mes fesses et s'inséra dans mon anus. Au
début, je trouvais la sensation inconfortable, mais à un moment, il toucha
un point qui emplit mes reins de chaleur. Il arrêta de me sucer, mais
pourtant, je continuais à ressentir du plaisir. Il me massait les couilles
tandis que son autre main continuait de stimuler mon coin le plus intime.
C'est ainsi que je jouis, sans qu'il ne touche à ma queue. mais c'était un
orgasme totalement différent de ce que j'avais connus avant. Au lieu que le
plaisir soit concentré dans mes organes génitaux, il en rayonnait partout
dans mon corps, comme un frisson de plaisir, mais à la puissance 10, je
faillis presque perdre conscience. Le sperme jaillis de ma verge comme
jamais auparavant, en longs jets fluides, que Bryan s'empressa d'avaler avec
délectation.

Après m'être remis du choc dans les bras de mon amant, je tendis les mains
vers son pénis, doté de dimensions supérieures aux miennes, disons 18cm,
rien de phénoménal, mais ce n'est pas les dimensions qui comptent, mais la
manière dont on s'en sert. Je posai donc mes lèvres sur le satin du gland de
Bryan, qui eut un gémissement de bonheur à ce contact. Je lichai sa queue de
la base jusqu'au sommet en suivant les veines apparentes qui s'y trouvaient.
Je pris un de ses testicules dans ma bouche en le faisant rouler sur ma
langue tandis que ma main droite caressait son ventre plat et la base de sa
queue. Je le retournai de façon à ce qu'il soit dos à moi, je le collai sur
mon corps et commençai à le masturber tout en l'embrassant dans le cou. Je
pris le rythme régulier que ma main connaissait bien, si bien que ma queue
commença à bander encore. Bryan qui sentit cette bosse dans son dos me dit:
"Encule-moi en continuant de me crosser chéri, j'adore comment ta main
bouge, je veux sentir ta queue dans mon cul..." Ces paroles achevèrent de
gonfler mon pénis que je pressai sur la l'étroite fleur de Bryan. En
poussant un peu, ma queue entra lentement, caressée par les parois étroites
de son corps. Bryan poussa encore un gémissement, plus fort cette fois. Ma
main s'activait sur son pieu quand je le sentis se contracter autour de ma
verge. Je sus qu'il allait jouir car ses halètements devenaient de plus en
plus rapide. Il expulsa son sperme longuement, pendant que je connaissais un
deuxième orgasme, moins chavirant que le premier, mais tellement bon dans sa
douceur. Après avoir repris nos souffles, nous nous sommes lavés
mutuellement, tendrement comme des amoureux de longues date. J'appelai mes
parents et je passai la nuit chez Bryan, dans ses bras, sans faire l'amour
mais en dormant dans ses bras pour nous communiquer le plus d'amour
possible.

Au réveil, au contraire de ce que j'avais appréhendé, nous refîmes l'amour
langoureusement, et nous passâmes ensemble la journée du samedi. Nous sommes
encore ensemble, maintenant depuis 2 ans et nous refaisons parfois l'amour
dans les douches de la piscine du cégep. Si vous passez tard le vendredi
soir et que vous voyez les lumières des douches de la piscine encore
allumées, pensez à moi...

[ Fermer la fenetre ]


- histoire erotique gay - histoire erotique gay -

Copyright © 2001 AnusGay. Tous droits réservés.
Google.fr Google.ch Google.be Google.ca